Sélectionner une page

La relance de l’Union Européenne

Il est urgent de relancer l’Union Européenne, pour la France d’y reprendre un rôle leader et pour les Français de comprendre enfin son importance et d’apprendre à l’aimer. Pour la première fois dans son histoire, alors qu’un État membre souhaite quitter l’Union, celle-ci doit trouver une nouvelle énergie.Face aux tergiversations, aux lenteurs, aux complexités qu’on attribue trop facilement et parfois à tort à la Commission et aux institutions communautaires, les États-membres, la France en tête, et le Parlement Européen doivent prendre des décisions et les assumer devant leurs concitoyens. L’Europe, c’est le meilleur rempart contre les menaces de tous ordres et notre meilleure protection pour préserver la paix sur le sol européen.Députée, sur la défense européenne, je soutiendrai l’idée que les États membres de l’Union européenne épaulent davantage nos soldats français, souvent trop seuls, sur les théâtres d’intervention partout dans le monde,Élue députée, je défendrai la relance de l’Europe avec tous ceux qui croient encore dans le destin de notre continent. Je proposerai au nouvel exécutif que la France prenne des initiatives fortes pour que l’Union Européenne retrouve son rang sur la scène internationale, face à Poutine et Trump qui trop souvent se jouent de l’Europe. Il est grand temps que la France, absente des grandes décisions européennes depuis 5 ans, reprenne le co-leadership de l’Union européenne.

Pour la relance de l’Europe, je propose donc de soutenir notamment les mesures suivantes :

Mettre fin à la crise migratoire

Députée, je soutiendrai la mise en place des contrôles systématiques et efficaces aux frontières extérieures. Je soutiendrai une mesure permettant de doter Frontex d’un budget permettant au corps européen de recruter 5 000 garde-frontières opérationnels au plus vite. Je défendrai une réforme en profondeur des accords de Schengen, comme celle d’expulser systématiquement de l’espace Schengen tout étranger reconnu coupable d’un crime ou d’un délit et à interdire l’accès à tout étranger condamné pénalement ou ayant participé à une entreprise terroriste. J’encouragerai l’harmonisation de nos règles d’accueil avec notamment la création d’un droit d’asile européen, imposer que la durée d’instruction soit réduite à 120 jours, s’assurer que les refus d’asile sont suivis d’un éloignement effectif. Je soutiendrai le développement dans les pays les moins avancés pour en faire un levier efficace de réduction des flux migratoires.

Renforcer la gouvernance de la zone Euro

Députée, je soutiendrai une mesure visant à doter la zone Euro d’un directoire politique, composé de chefs de gouvernement se réunissant tous les trois mois et la création d’un Secrétariat Général de la zone Euro, autonome de la Commission européenne, qui assurera le suivi et la gestion de la zone économique. Je défendrai les actions visant à faire, d’ici dix ans, de l’Euro une monnaie de réserve et de règlement comparable au dollar américain. Élue, Je proposerai la mise en œuvre d’une véritable convergence fiscale, la création d’un Fonds monétaire européen pour permettre à l’Europe d’être indépendante du FMI, et la mise en œuvre d’action de coordination de la politique de la Banque Centrale Européenne avec une stratégie économique globale.

Simplifier les institutions européennes et faire mieux comprendre et aimer l’Europe

Députée, je demanderai d’inscrire dans les programmes scolaires des cours sur la construction et les institutions européennes, de former les enseignants et les élus au rôle majeur de l’Union Européenne et de développer des outils d’information participatifs et interactifs pour faire comprendre l’Europe. Élue, je proposerai de développer et élargir le programme Erasmus aux lycéens, aux jeunes en formation professionnelle et aux entreprises. Je me battrai pour corriger l’inflation normative de la Commission européenne, et pour permettre à des États volontaires de s’engager et de délibérer sur des programmes spécifiques dans le cadre de l’Union. Je défendrai nos intérêts et ceux de l’Union européenne dans la négociation du Brexit tout en proposant de maintenir une relation bilatérale forte avec le Royaume-Uni, en particulier en matière de défense.

Qu'en pensez-vous ?